Les marchés américains connaissent leur pire séance en plus de deux ans

TORONTO - Les marchés boursiers américains ont connu lundi leur pire séance en plus de deux ans, le Dow Jones ayant cédé 3,6 % pendant que la Bourse de Toronto rendait plus de 250 points. Des observateurs ont relié ces reculs à de nouvelles craintes entourant l'impact du coronavirus sur l'économie mondiale, le nombre de personnes infectées continuant à grimper à l'extérieur de la Chine.

Les marchés ont plongé en raison d'une amplification des craintes attribuable à des épidémies de COVID-19 dans des pays plus développés, comme l'Italie et la Corée du Sud, a observé le stratège du marché Craig Fehr, de la firme Edward Jones.

Il s'attend à une volatilité accrue des marchés d'ici à ce que la situation soit sous contrôle, ou même réglée. Selon M. Fehr, les investisseurs peuvent se consoler en sa disant que l'impact sera probablement temporaire, même si sa durée reste encore indéterminée.

La croissance du produit intérieur brut chinois et mondial se révélera plus faible que prévu, et cela entraînera probablement une révision à la baisse des résultats financiers d'entreprises. Mais M. Fehr ne croit pas que le virus sera un important catalyseur qui appuiera un grand ralentissement du marché.

«Je ne crois pas que cela va déclencher un marché baissier», a-t-il précisé lors d'une entrevue.

«Je crois que cela pourrait certainement agir comme un catalyseur au niveau d'une correction, mais en fin de compte, les données économiques fondamentales non seulement en Amérique du Nord, mais dans le monde sont davantage à la hausse qu'à la baisse.»

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a retraité de 280,79 points, soit 1,6 %, pour terminer la journée avec 17 562,74 points. Il s'agissait de son plus gros recul depuis le mois d'août.

Tous les secteurs du TSX ont retraité lundi, à l'exception de celui des matériaux, qui a été soutenu par la hausse du cours de l'or et a progressé de 0,76 %. Ses gains n'ont cependant pas fait le poids face aux reculs des groupes de la santé et de l'énergie, qui ont lâché 4,34 % et 4,12 % respectivement. Ailleurs, le secteur des technologies de l'information a abandonné 2,91 % et celui de la consommation discrétionnaire, 2,43 %.

À New York, la moyenne Dow Jones de valeurs industrielles a perdu 1031,61 points à 27 960,80 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a rendu 111,86 points, soit 1,11 %, à 3225,89 points. L'indice composé du Nasdaq s'est défait de 355,31 points, ou 3,7 %, à 9221,28 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 75,31 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 75,62 cents US de vendredi.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a perdu 1,95 $ US, soit 3,65 %, à 51,43 $ US le baril, pendant que celui de l'or a progressé de 27,80 $ US à 1676,60 $ US l'once. Le prix du cuivre a rendu 3,1 cents US à 2,58 $ US la livre.