Airbus éliminera 15 000 emplois, surtout en Europe, mais Mirabel est épargnée

PARIS - L'avionneur français Airbus a annoncé mardi qu'il avait l'intention d'éliminer 15 000 emplois au cours de la prochaine année, surtout en Europe, alors qu'il doit s'ajuster aux répercussions financières de la pandémie de COVID-19.

L'installation d'Airbus à Mirabel ne sera toutefois pas touchée par cette nouvelle vague de mises à pied.

«Puisque le trafic aérien ne devrait pas retrouver les niveaux d'avant la COVID avant 2023, et potentiellement aussi tard qu'en 2025, Airbus doit prendre des mesures additionnelles dès maintenant», a expliqué l'entreprise dans une déclaration.

Airbus prévoit d'effectuer 5000 mises à pied en France, 5100 en Allemagne, 1700 au Royaume-Uni, 900 en Espagne et 1300 dans d'autres installations d'Airbus ailleurs dans le monde.

Airbus dit vouloir commencer à effectuer ses nouvelles mises à pied d'ici quelques mois, à partir de cet automne. La société entend privilégier les départs volontaires et les retraites hâtives, mais a précisé que des mises à pied imposées ne pouvaient pas être exclues.

«Airbus est confrontée à la crise la plus grave que cette industrie a jamais connue», a affirmé le chef de la direction de l'entreprise, Guillaume Faury, dans la déclaration. «Les mesures que nous avons mises en place jusqu'à maintenant nous ont permis d'absorber le choc initial de cette pandémie. Maintenant, nous devons nous assurer que nous pouvons soutenir notre entreprise et émerger de la crise en tant que leader mondial de l'aéronautique, en bonne santé.»

L'usine de Mirabel ne verra cependant pas de mises à pied supplémentaires, a confirmé à La Presse canadienne la porte-parole d'Airbus Canada, Marcella Cortellazzi.

Airbus avait annoncé, au début mai, la mise à pied de 350 employés à Mirabel, alors qu'elle avait suspendu temporairement la production de son avion A220 -- l'ex-C Series de Bombardier --, lorsque le gouvernement Legault a mis l'économie sur pause dans le but de limiter la propagation du nouveau coronavirus.

L'installation de Mirabel a commencé à reprendre ses activités le 11 mai, et l'avionneur a déjà rappelé 120 des travailleurs mis à pied.