Les marchés boursiers nord-américains clôturent en baisse

TORONTO - Les marchés boursiers nord-américains ont clôturé en baisse mercredi, les investisseurs s'inquiétant de la hausse du nombre d'infections à la COVID-19 et de la publication des résultats d'un sondage électoral peu favorables au président américain Donald Trump.

«Maintenant que nous commençons à voir une deuxième vague ou une résurgence dans certains des États du sud (...), je pense que cela commence à s'infiltrer dans la psyché de certains investisseurs et à entraîner un peu de prises de profit», a observé Greg Taylor, responsable des investissements chez Purpose Investments.

Les États-Unis ont enregistré en une seule journée un total de 34 700 nouveaux cas de COVID-19, le plus élevé en deux mois, plusieurs États du sud et de l'ouest ayant établi des records d'une journée cette semaine.

Les investisseurs ont largement ignoré le virus, mais la dernière vague d'infections rappelle manifestement que les prévisions de reprise économique rapide pour le second semestre pourraient être trop optimistes, a souligné M. Taylor.

«Je pense que les gens vont avoir du mal à ignorer que la reprise en V ne sera pas aussi fluide que certains le croyaient», a-t-il estimé lors d'une entrevue.

Un récent sondage qui place l'ancien vice-président Joe Biden à 14 points d'avance sur M. Trump dans les sondages nationaux a également incité les gens à commencer à envisager que les démocrates pourraient obtenir des gains substantiels en novembre.

Les républicains sont traditionnellement considérés comme plus favorables aux entreprises. Avant la pandémie, les marchés boursiers ont atteint des records, mais les investisseurs craignent que M. Biden n'élimine les réductions d'impôts des particuliers et des entreprises mises en place par M. Trump.

«Je pense que ce serait une préoccupation pour le marché, du point de vue des bénéfices», a noté M. Taylor.

Certains craignent également des efforts potentiels pour démanteler les grandes entreprises technologiques, un secteur qui a largement alimenté le marché haussier ces dernières années.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a perdu 270,37 points pour terminer la journée avec 15 294,38 points.

Le secteur des biens de consommation de base a été le seul des 11 secteurs du parquet torontois à avancer mercredi. Celui de l'énergie a pour sa part enregistré le recul le plus important, de 3,8 %, tiré vers le bas par la chute des prix du pétrole brut.

Le secteur de la santé a échappé 2,5 %, suivi par les groupes de la finance et de l'industrie.

Les titres du groupe de la finance ont notamment souffert de la décision de l'agence Fitch Ratings d'abaisser la note de crédit AAA du Canada en raison de «la détérioration des finances publiques du Canada» attribuable à la pandémie de COVID-19.

En outre, le Fonds monétaire international (FMI) a dévoilé une mise à jour de ses perspectives pour l'économie mondiale, dans laquelle il prévoit une contraction de 8,4 % pour l'économie canadienne -- soit 2,2 points de pourcentage plus importante que celle évoquée dans ses prévisions précédentes, qui remontent à avril.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a perdu 710,16 points à 25 445,94 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a cédé 80,96 points à 3050,33 points. L'indice composé du Nasdaq a effacé 222,20 points à 9909,17 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 73,58 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 73,99 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a lâché 2,36 $ US à 38,01 $ US, tandis que celui de l'or a perdu 6,90 $ US à 1775,10 $ US l'once. Le prix du cuivre a rendu moins de 1 cent US à 2,65 $ US la livre.

Cotes connexes