Ottawa appelle les banques à baisser les taux d'intérêt pour les Canadiens

OTTAWA - Le gouvernement fédéral demande aux banques et aux sociétés de cartes de crédit de baisser les taux d'intérêt des Canadiens, dont bon nombre sont en difficulté financière en raison de la pandémie de COVID-19.

Lors de sa mise à jour quotidienne aux Canadiens, jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que le gouvernement envisageait également d'accorder du crédit à faible taux d'intérêt directement aux consommateurs.

«Je peux vous assurer que le ministre des Finances a eu des conversations directement avec les banques au sujet des taux d'intérêt des cartes de crédit», a-t-il affirmé.

«Nous reconnaissons qu'ils représentent un défi de taille pour de nombreux Canadiens en ce moment. C'est pourquoi nous les encourageons à prendre des mesures pour alléger le fardeau des Canadiens. En même temps, nous cherchons de notre côté à rendre le crédit plus accessible et moins cher pour les Canadiens, afin qu'ils puissent traverser les prochains mois.»

La Banque du Canada a réduit son taux directeur pour tenter d'atténuer le coup porté aux entreprises par le ralentissement de l'économie, mais les taux d'intérêt des cartes de crédit, ceux qui importent le plus directement pour la plupart des consommateurs, restent élevés.

M. Trudeau a indiqué que le gouvernement dépensait des milliards de dollars pour des programmes visant à aider les particuliers à payer leurs factures au cours des prochains mois, alors que le nouveau coronavirus se traduit pour plusieurs par des arrêts de travail en raison de maladies et de fermetures forcées.

Le premier ministre a estimé que la réduction des coûts que les Canadiens doivent débourser pour emprunter de l'argent afin de couvrir leurs dépenses faisait aussi partie des efforts requis.

Le Parlement a adopté mercredi un projet de loi d'urgence qui met de l'avant une aide de 107 milliards $, incluant 52 milliards $ en dépenses de santé et en aide directe telles que les compléments aux prestations pour enfants et les remises de TPS, ainsi que les paiements aux travailleurs qui ont perdu leur revenu à cause de la COVID-19.

Un autre montant de 55 milliards $ est réservé aux reports d'impôts, qui permettent aux entreprises et aux particuliers de différer le paiement d'impôts pendant plusieurs mois.