Le projet Quest de Shell atteint le cap des 5 millions de tonnes de carbone

CALGARY - Shell Canada a annoncé vendredi que son projet Quest de capture et de stockage de carbone, au nord d'Edmonton, avait franchi le cap des cinq millions de tonnes de dioxyde de carbone stockées, ce qui équivaut aux émissions annuelles d'environ 1,25 million d'automobiles.

L'entreprise a souligné que ce seuil avait été atteint plus tôt que prévu, à un coût inférieur à celui attendu.

Quest a entamé ses activités en 2015, au coût d'environ 1,35 milliard $. Le projet était alors soutenu par une aide de 745 millions $ du gouvernement de l'Alberta et une autre de 120 millions $ d'Ottawa.

Shell a vendu en 2017 une propriété majoritaire dans le projet à Canadian Natural Resources, avec la plupart de ses actifs dans les sables bitumineux de l'Alberta. Mais elle a conservé une participation de 10 % dans Quest et en est toujours l'exploitant.

Le coût d'exploitation de Quest est inférieur d'environ 35 % à ce qui était prévu en 2015 et, si un projet comparable devait être construit aujourd'hui, il coûterait environ 30 % de moins, a souligné Shell.

L'installation capture et stocke environ le tiers des émissions de dioxyde de carbone de l'unité de valorisation de Scotford, exploitée par Shell, et le transporte, via un pipeline de 65 kilomètres, pour être stocké à plus de deux kilomètres sous terre dans un réservoir de roche de grès.

«L'adoption généralisée du captage et du stockage du carbone est l'une des solutions clés dont le monde a besoin actuellement pour aider à résoudre le défi climatique», a fait valoir le président de Shell Canada, Michael Crothers.

Entreprise dans cette dépêche: (TSX:CNQ)