Les travailleurs de la boulangerie Première Moisson se syndiquent aux TUAC-FTQ

MONTRÉAL - Les syndiqués de la boulangerie Première Moisson, à Baie-d'Urfé, viennent de se syndiquer.

Le syndicat, rattaché à la section locale 501 des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce -- un grand syndicat affilié à la FTQ -- comptera quelque 180 membres.

Il s'agit d'opérateurs, manoeuvres, aide-opérateurs, opérateurs-laveurs et ceux qui sont affectés au contrôle de la qualité sur la ligne de production.

Le syndicat a été accrédité par le Tribunal administratif du travail à l'issue d'une entente entre les parties pour procéder par vote. Habituellement, une campagne de signature de cartes d'adhésion à un syndicat qui démontre une majorité d'adhérents suffit, mais, dans ce cas précis, il y a eu au départ contestation de l'employeur et les parties se sont entendues pour procéder par vote au scrutin secret.

Le vote a été tenu sur trois jours. Il a pris fin jeudi soir, afin de couvrir tous les quarts de travail.

«Une majorité des employés de l'usine de Baie-d'Urfé a voté en faveur d'être représentés par un syndicat; nous allons respecter ce choix et nous nous engageons à maintenir des relations de travail harmonieuses avec nos employés et le syndicat», a fait savoir de son côté la direction de Première Moisson.

Selon le syndicat, les salaires varient de 14,75 $ à 18 ou 19 $ l'heure, selon le poste, en général.

Le syndicat rapporte que les questions des pauses et de la rotation du personnel ont poussé les travailleurs à vouloir se doter d'un syndicat. Les salariés travaillent aussi dans un contexte de température élevée.

Le syndicat prévoit constituer un comité de négociation «dans les semaines qui viennent» pour élaborer son cahier de demandes.