Deux voix divergentes sur l'environnement, Trump et Thunberg, seront à Davos

DAVOS, Suisse - Le président du Forum économique mondial (FEM) juge rassurant que le président américain Donald Trump et la militante environnementale Greta Thunberg soient de retour à la rencontre annuelle de Davos.

Klaud Schwab reconnaît que les préoccupations environnementales seront un sujet clé.

M. Schwab a vu de grands changements dans le monde des affaires, la société et la culture au cours depuis qu'il a fondé le Forum économique, il a 50 ans. Dans les premières années, le rassemblement visait les chefs d'entreprise, mais aujourd'hui il attire les décideurs politiques et des militants de diverses causes.

Après une autre année marquée par des tragédies liées au réchauffement climatique, les problèmes environnementaux sont considérés parmi les cinq principaux risques à long terme auxquels est confrontée l'économie mondiale, a souligné le FEM, la semaine dernière en citant un sondage mené auprès de plus de 750 décideurs.

Le FEM a annoncé que les menaces à l'environnement, comme les changements climatiques et l'extinction d'espèces animales, figurent en tête de l'ordre du jour de la réunion qui s'amorce mardi.

Au cours des dernières années, le forum est passé des transformations créées par le progrès technologique à l'environnement et aux pratiques commerciales responsables.

L'accent mis sur l'environnement pourrait placer M. Trump dans une position inconfortable. Son gouvernement a encouragé une utilisation accrue du charbon, supprimé des mesures protectrices environnementales et minimisé les inquiétudes des scientifiques au sujet des causes humaines des changements climatiques. Le président américain a aussi décidé de retirer son pays de l'accord de Paris de 2015.

M. Schwab dit que Donald Trump est le bienvenu à Davos en raison de son rôle sur la scène mondiale tandis que Mme Thunberg permettra de maintenir le cap vers les causes environnementales. Les deux s'exprimeront mardi le jour de l'ouverture.

«Ces deux voix sont nécessaires, soutient-il. L'environnement jouera un rôle particulièrement important au cours de cette réunion.»

M. Schwab a indiqué que le Forum permettrait de débattre de 160 projets «phares» sur l'inclusion et l'égalité, le développement économique, la gouvernance technologique, le développement régional, la direction d'entreprise et l'écologue. On présentera notamment un projet de plantation d'un billion d'arbres.

«Si Greta vient cette année, elle verra que nous avons fait des progrès substantiels», s'est-il vanté.

M. Schwab affirme que le forum a contribué à faire exprimer les préoccupations environnementales dès les années 1970, mais reconnaît que le public est sensibilisé comme jamais aux problèmes climatiques.

«Nous avons maintenant reconnu l'urgence parce que nous savons que la fenêtre pour agir (sur le changement climatique) se ferme», dit-il, ajoutant qu'il espère bien injecter «ce sentiment d'urgence dans la réunion».

Il fait observer que de nombreuses entreprises voient de plus en plus les avantages d'une préoccupation «ESG» -- environnementale, sociale et de gouvernance -- dans leurs modèles commerciaux.

«Les entreprises reconnaissent que faire le bien, c'est une condition préalable à une certaine survie à long terme», avance M. Schwab.