Les marchés nord-américains plongent, alors que les investisseurs s'inquiètent

TORONTO - Les marchés nord-américains ont plongé, jeudi, dans le cadre d'une séance où les investisseurs s'inquiétaient de la rapidité de la reprise économique après la pandémie de COVID-19 et d'une éventuelle deuxième vague d'infections.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a dégringolé de 650,41 points, ou 4,14 %, pour clôturer à 15 050,92 points. Mercredi, il avait abandonné 132,41 points.

Du côté de Wall Street, le recul a été encore plus prononcé.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a échappé 1861,8 points, ou 6,9 %, à 25 128,17 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a terminé à 3002,1 points, en recul de 188,04 points, ou 5,9 %. L'indice composé du Nasdaq a retraité de 527,62 points, ou 5,3 %, à 9492,73 points.

Plusieurs observateurs estimaient que la remontée constatée sur les marchés depuis la fin mars s'expliquait difficilement en raison de la morosité économique. Mercredi, la Réserve fédérale des États-Unis a estimé que la route vers la reprise au terme du pire ralentissement survenu depuis plusieurs décennies serait longue.

«La Bourse de Toronto a encaissé un dur coup, a estimé Les Stelmach, gestionnaire de portefeuille chez Franklin Templeton Canada. Mercredi n'a pas été une bonne journée non plus.»

Sur le parquet de Bay Street, c'est le secteur de l'énergie qui a affiché le déclin le plus marqué, à 9,82 %. Les poids lourds du secteur comme Canadian Natural Resources (-10,7 %), Suncor (-8,4 %) et Cenovus Energy (-10,8 %) ont connu des séances difficiles. C'est le secteur de la santé (-8,6 %) qui a affiché le deuxième recul le plus important.

Le plongeon de jeudi survient alors que les cas de COVID-19 augmentent aux États-Unis même si de plus en plus d'entreprises redémarrent leurs activités et que sont assouplies les mesures de confinement. Il y a maintenant plus de deux millions de cas à travers le pays.

«Il y a tellement d'éléments qui entrent en ligne de compte et les gens n'ont tout simplement pas une très bonne idée de ce que tout cela signifie pour l'économie», a dit M. Stelmach.

Sur le marché des devises, le dollar canadien se négociait à 73,84 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 74,68 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a perdu 3,24 $ US, à 36,36 $ US le baril, alors que celui de l'or a gagné 28,40 $ US, à 1750,30 $ US l'once. Le prix du cuivre a rendu 5 cents US, à 2,61 $ US la livre.