La fermeture de magasins Apple a effrayé les marchés, qui ont clôturé en baisse

TORONTO - La décision d'Apple de fermer certains de ses magasins aux États-Unis en raison de la hausse des cas d'infection à la COVID-19 a effrayé les investisseurs et fait reculer la plupart des marchés boursiers nord-américains vendredi.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a terminé la séance en baisse de 5,63 points à 15 474,20 points, après avoir été en hausse pendant la plus grande partie de la journée.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a perdu 208,64 points à 25 871,46 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a rendu 17,42 points à 3097,92 points. L'indice composé du Nasdaq a pris 3,07 points à 9946,12 points.

Les marchés ont réagi en milieu de journée à l'annonce du géant des technologies au sujet de la fermeture de 11 magasins en Arizona, en Floride, en Caroline du Nord et en Caroline du Sud. Ceux-ci avaient rouvert leurs portes il y a quelques semaines à peine.

Il y a toujours eu une inquiétude quant à la possibilité de voir une résurgence des infections plus tard dans l'année, a souligné Allan Small, conseiller principal en investissement chez HollisWealth.

«Je pense que c'était la première fois que quelqu'un prenait une décision en s'appuyant sur l'augmentation des cas, alors que jusqu'à présent, tous les autres ne faisaient qu'en parler», a-t-il affirmé lors d'une entrevue.

Selon M. Small, les marchés se demanderont toujours si cette décision marquait le début de quelque chose de plus grand et servira de modèle aux États et aux entreprises confrontés à une augmentation des cas de COVID-19.

Le reste de la journée a été assez stable, les marchés évoluant légèrement en l'absence de données économiques.

«La journée a été plutôt calme», a-t-il noté.

«Il semble que ce soit un de ces jours où il n'y a vraiment pas de grande manchette à part celle qui continue d'évoquer avec un peu de peur une augmentation des cas de virus dans le sud et le sud-ouest des États-Unis.»

Le secteur des matériaux du TSX a enregistré une journée positive, en progressant de 2,55 % grâce à la hausse des prix des métaux.

Le prix de l'or a gagné 21,90 $ US à 1753,00 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York, tandis que celui du cuivre a grimpé de 2,3 cents US à 2,61 $ US la livre.

Le secteur des biens de consommations de base a avancé, mais celui de l'énergie a retraité, même si le cours du pétrole brut a grimpé.

Le prix du brut a gagné 78 cents US à 39,83 $ US le baril à New York, après avoir franchi, plus tôt dans la séance, le cap des 40 $ US.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 73,60 cents US, en légère hausse par rapport à son cours moyen de 73,59 cents US de la veille.

M. Small a souligné que le marché avait généralement évalué le risque d'une augmentation des infections sous le même angle que le président américain Donald Trump, le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin et le conseiller économique Larry Kudlow, qui ont indiqué qu'ils ne fermeraient plus jamais l'économie.

«Je ne pense pas que le pays fermera encore, mais peut-être que certaines régions du pays pourraient le faire, et je crois que c'est, à peu près, ce qui a fait chuter le marché aujourd'hui.»

Les marchés ont augmenté sur l'ensemble de la semaine, mais auront besoin d'un certain type de catalyseur comme les réouvertures, le retour à l'école des enfants ou la reprise des événements sportifs pour établir de nouveaux records, a-t-il estimé.

«Le marché ne voit pas de catalyseur pour l'instant et je pense que cela le limite également à ce niveau.»