Transcontinental met à pied 1600 travailleurs au Québec et en Ontario

MONTRÉAL - Si les activités de TC Transcontinental se poursuivent dans le secteur de l'emballage, le portrait est différent du côté de l'imprimerie dans la foulée des mesures décrétées par Québec et l'Ontario pour limiter la propagation de la COVID-19, ce qui se traduit par 1600 mises à pied temporaires.

La société a indiqué mercredi que la «grande majorité» de ses activités d'emballage soutiennent l'industrie alimentaire, qui fait partie des secteurs considérés essentiels.

Au Québec, toutes les entreprises présentes dans les secteurs jugés non essentiels ont temporairement cessé leurs activités jusqu'au 13 avril dans la foulée de la pause de trois semaines exigée par le gouvernement Legault. En Ontario, l'arrêt est de deux semaines.

Ces décisions «entraînent une réduction temporaire importante des activités d'impression», selon Transcontinental, ce qui explique les mises à pied temporaires. L'entreprise établie à Montréal n'a fourni aucun échéancier en ce qui a trait à un éventuel retour au travail.

L'an dernier, Transcontinental a affiché des revenus de plus de 3 milliards $, et près de la moitié des recettes ont été générées par le secteur de l'emballage, sur lequel mise désormais l'entreprise pour asseoir sa croissance.