Le prochain projet d'Hydro-Québec: un «cocktail», selon le président

MONTRÉAL - Le prochain projet d'Hydro-Québec se réalisera probablement sous la forme d'un «cocktail» qui mélangera la production hydroélectrique, éolienne et peut-être solaire, selon le président-directeur général de la société d'État.

Néanmoins, Éric Martel n'a pas voulu se prononcer, jeudi, sur le moment où une décision devra être prise, et ce, même si son plan stratégique 2020-2024 signale qu'il faudra prochainement trancher.

«Qu'est-ce qui arrive avec certains secteurs énergivores? Qu'est-ce qui arrive avec l'échéance du contrat avec la Churchill Falls (Labrador) Corporation en 2041?», s'est-il demandé, en point de presse, en marge d'une allocution prononcée devant le Cercle canadien de Montréal.

«Quel succès aura-t-on avec Hilo (une filiale visant à aider les clients à optimiser leur consommation)? C'est ce qui va nous aider à résoudre cette équation assez complexe.»

Dans l'ensemble, le deuxième plan stratégique de M. Martel s'inscrit dans la continuité, alors qu'Hydro-Québec maintient toujours le cap sur sa cible de profits d'environ 5,2 milliards $ en 2030, notamment en augmentant les ventes d'électricité au Québec, qui ne représentent que 35 pour cent de l'énergie consommée dans la province, selon le document.

La stratégie précédente visait à doubler les revenus, à environ 27 milliards $, mais on a décidé de ne plus l'évoquer, préférant mettre l'accent sur les profits, qui sont presque totalement versés dans les coffres de l'État.

Interrogé sur le prochain grand chantier de la société d'État, son grand patron n'a pas voulu exclure la construction d'un autre barrage hydroélectrique ou même d'un vaste complexe comme celui de La Romaine.

«On pourrait avoir une nouvelle Romaine, a lancé M. Martel. Ça dépendra de ce dont on aura besoin.»

Toutefois, selon Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal, le «cocktail» évoqué par le dirigeant d'Hydro-Québec constitue l'une des principales nouveautés du plan stratégique.

À son avis, cela ferme «pratiquement» la porte à un nouveau barrage hydroélectrique.

«En tenant compte de l'acceptabilité sociale et des coûts, c'est beaucoup moins probable que l'on se tourne vers un barrage, a expliqué M. Pineau, après le discours de M. Martel. C'est désormais beaucoup plus clair que dans le passé.»

Après les réserves

Le dirigeant d'Hydro-Québec a rappelé que la société d'État devait écouler ses surplus avant de décider quel sera son prochain grand chantier.

À l'heure actuelle, elle a en poche un contrat avec le Massachusetts pour un approvisionnement annuel de 9,45 térawattheures (TWh) d'énergie, à condition que la ligne de transport, qui doit passer par le Maine, soit complétée.

Dans cet État, des opposants tentent de recueillir un nombre suffisant de signatures -- environ 63 000 -- pour que le New England Clean Energy Connect (NECEC) fasse l'objet d'un référendum.

«Nous ne sommes pas encore là, a dit M. Martel, lorsqu'invité à se prononcer sur cette possibilité. (En cas de revers), qu'est-ce que l'on ferait? Nous sommes en train de regarder cela. Nous sommes assez confiants.»

Sur le dossier des exportations, qui ont atteint un volume record de 36,1 TWh en 2018, M. Martel a également indiqué qu'Hydro-Québec discutait avec le Nouveau-Brunswick et d'autres provinces maritimes.

«Ces provinces réfléchissent à se décarboniser, a-t-il dit. Il y a encore des centrales au charbon. Il y a une pression où l'on se demande comment on fait pour remplacer cela. Nous avons des discussions avec eux pour voir comment on peut travailler ensemble pour parvenir à réaliser cela.»

Le plan stratégique de 2016 évoquait également un retour à l'international pour Hydro-Québec. Aucune transaction n'a toutefois été réalisée même si «plusieurs projets» ont été analysés. Néanmoins, les acquisitions demeurent dans les ambitions d'Hydro-Québec, qui n'écarte pas des transactions au Québec.

Par ailleurs, afin d'améliorer les ventes d'électricité dans la province, la société d'État mise sur l'électrification des transports, avec l'ajout de 1600 bornes de recharge rapides pour véhicules électriques, la conversion des procédés industriels ainsi que les centres de données -- on en compte 49 qui ont été installés depuis 2015.

Selon le portrait des ressources énergétiques couvrant la période 2020-2029, la province consommera 12,5 TWh de plus, notamment en raison d'une demande de 3,7 TWh en provenance des secteurs comme les centres de données ainsi que de 2,3 TWh grâce à l'augmentation prévue du nombre de véhicules électriques sur les routes.

-- -- --

Prévisions de profits d'Hydro-Québec:

-- 2019: 2,8 milliards $

-- 2020: 2,9 milliards $

-- 2021: 3 milliards $

-- 2022: 3,1 milliards $

-- 2023: 3,5 milliards $

-- 2024: 3,6 milliards $

-- 2030: 5,2 milliards $

Cotes connexes